Sortir du capitalisme

Une critique émancipatrice du capitalisme et son dépassement libertaire

L'émission

Sortir du capitalisme est une émission hebdomadaire de critique émancipatrice du capitalisme et ses structures associées, c’est-à-dire de l’économie marchande, de l’État, du patriarcat, du racisme, du colonialisme et de l'impérialisme, de la société de classes et du complexe techno-industriel. C'est également une émission d’histoire critique du capitalisme et des mouvements émancipateurs, et de réflexion autour d’un dépassement libertaire du capitalisme. Nous sommes contre toute forme de domination sociale.

Si vous découvrez Sortir du capitalisme, nous vous conseillons de vous orienter d'abord vers "Pour commencer".

L’émission a désormais près d'un an. Les émissions sont généralement écoutées 2000-3000 fois (avec un maximum de 8000 écoutes) sur sortirducapitalisme.fr uniquement, où elles sont téléchargeables. Elles sont également écoutées sur Paris Luttes Infos, sur Radio Libertaire et en direct sur Radio Libertaire, par des centaines d'auditeurs supplémentaires. Le site est consulté entre 12 000 et 15 000 fois chaque mois. Il y a désormais une partie "Note de lectures", dans laquelle nous faisons des résumés critiques d'ouvrages augmentés d'autres références. 

Un sondage dans l'optique d'une amélioration de l'émission et du site : venez-donnez votre avis sur une année de Sortir du capitalisme !

L'équipe permanente de "Sortir du capitalisme" est composé de plusieurs personnes : Armand Paris, en studio, est un militant libertaire ayant fait des études de sciences sociales. Jean-Claude, technicien co-animateur, est un militant libertaire depuis 40 ans. Thomas F. est notre magistral webmaster, désormais accompagné de Bastien. D'autres personnes (E., Ernest Sanchez, Laura G., Laura M.) ont co-animé des émissions et/ou rédigé des notes de lecture.

Nous sommes résolument libertaires, en ce que nous luttons contre l’ensemble des idéologies et des mouvements confusionnistes, néo-fascistes, « rouges-bruns », nationalistes-racistes, traditionalistes, identitaires, islamistes, racialistes, réactionnaires, etc.  

Nous sommes résolument libertaires, en ce que nous critiquons sans ménagement l’ensemble des mouvements et des idéologies marxistes-léninistes, anticapitalisme tronqué promoteur d’un « capitalisme d’État » (Lénine) militaro-dictatorial, massacreur des libertaires russes, des marins de Cronstadt, de l’Ukraine libertaire, des communes d'Aragon de 1936-38 et des libertaires espagnols, et de dizaines de millions de gens en URSS, en Chine, et ailleurs.

Nous sommes résolument libertaires, en ce que nous souhaitons l’abolition du salariat et de l’auto-exploitation productrice de marchandises, c’est-à-dire du travail-marchandise.

Nous sommes résolument libertaires, en ce que nous appelons à une abolition de l’État (et non son soi-disant dépérissement progressif) et à une fédération mondiale de communes libres.

Nous sommes résolument libertaires, en ce que nous appelons à une abolition du patriarcat et du racisme (qu'on considère comme semi-indépendants du capitalisme, d'où l'impérieuse nécessité de luttes spécifiques contre eux) comme systèmes d'exploitation et de domination, et des autres formes de domination sociale.

Nous sommes résolument libertaires, en ce que nous nous revendiquons particulièrement de l’Aragon libertaire de 1936-1937, de l’Autonomie italienne des années 1970 et de La Commune de Paris de 1871.

Nous sommes résolument libertaires, enfin, en ce que nous approuvons sans restriction cette affirmation de Robert Kurz : « Le but ne peut qu’être une société de conseils et d’autogestion, conçue au-delà de la masculinité et de la féminité, au-delà de la forme-marchandise et de la forme-argent, au-delà du marché et de l’État ».