Sortir du capitalisme

Une critique émancipatrice du capitalisme et son dépassement libertaire

L'émission

Sortir du capitalisme est une émission hebdomadaire développant une critique émancipatrice du capitalisme et ses structures associées, c’est-à-dire :

- De l’économie marchande comme structure de contrainte au travail et de dépendance vis-à-vis du Marché et de l'argent, comme système de soumission aux lois du capital, à son exploitation et à sa crise ;

- De l’État comme structure autoritaire, bureaucratique, hiérarchique nous dépossédant de notre autonomie politique ;

- Du patriarcat comme structure d'oppression, d'exploitation et de subordination des femmes (et d'auto-mutilation des hommes) ;

- Du racisme comme structure d'oppression, de discrimination et de surexploitation des racisé-e-s ;

- Du colonialisme et de l'impérialisme ;

- De la société de classes comme société inégalitaire ;

- Du complexe techno-industriel comme destructeur des environnements et du climat.


C'est également une émission d’histoire critique du capitalisme et des mouvements émancipateurs, d'analyse critique de mouvements et de penseurs pseudo-émancipateurs, et enfin de réflexion autour d’un dépassement libertaire du capitalisme et de toute forme de domination sociale.


Si vous découvrez Sortir du capitalisme, nous vous conseillons de vous orienter d'abord vers "Pour commencer".


L’émission a désormais près d'un an. Les émissions sont généralement écoutées plusieurs milliers de fois (avec un maximum de 8 000 écoutes) sur sortirducapitalisme.fr uniquement, où elles sont téléchargeables, en podcast et en format player. Elles sont également écoutées sur Paris Luttes Infos (jusqu'à 6 000 fois), et sur Radio Libertaire et en direct sur Radio Libertaire par des centaines d'auditeurs supplémentaires. Nous avons également une chaîne Youtube (avec des vidéos visionnées jusqu'à 13 000 fois) et un compte Twitter. Le site est consulté entre 12 000 et 15 000 fois chaque mois. Il y a désormais une partie "Note de lectures", dans laquelle nous faisons des résumés critiques d'ouvrages sous une forme texte mais aussi sous une forme audio.

L'équipe permanente de "Sortir du capitalisme" est composé de plusieurs personnes : Armand Paris, principal libertaire, est un militant libertaire ayant fait des études de sciences sociales. Jean-Claude, technicien co-animateur, est un militant libertaire depuis 40 ans. Thomas F. est notre magistral webmaster, désormais accompagné de Bastien. Guillaume Deloison, youtubeur libertaire, s'occupe avec Armand Paris de #Sortirducapitalisme, notre chaîne Youtube. D'autres personnes (Elo, Ernest Sanchez, Laura G., Laura M.) ont co-animé des émissions et/ou rédigé des notes de lecture.


Nous sommes résolument libertaires, en ce que nous luttons et/ou nous solidarisons avec toute lutte visant à une amélioration immédiate des conditions d'existence et/ou à un dépassement de toute forme de domination sociale. Loin d'être des "révolutionnaristes" coupés de ces luttes, critiquant celles-ci comme "réformistes", nous pensons que ces formes de luttes portent en germe, comme leur ultime conséquence, une sortie du capitalisme et de toute forme de domination sociale. Notre critique du réformisme est dirigée uniquement contre des partis et des organisations empêchant que ces luttes aillent jusqu'au bout en remettant en cause l'ordre existant.

Nous sommes résolument libertaires, en ce que nous luttons contre l’ensemble des idéologies et des mouvements confusionnistes, néo-fascistes, post-fascistes, « rouges-bruns », nationalistes, racistes, traditionalistes, identitaires, islamistes, racialistes, réactionnaires, etc.

Nous sommes résolument libertaires, en ce que nous critiquons sans ménagement l’ensemble des mouvements et des idéologies marxistes-léninistes, anticapitalisme tronqué promoteur d’un « capitalisme d’État » (Lénine) militaro-dictatorial, massacreur des libertaires russes, des marins de Cronstadt, de l’Ukraine libertaire, des communes d'Aragon de 1936-38 et des libertaires espagnols, et de dizaines de millions de gens en URSS, en Chine, et ailleurs.

Nous sommes résolument libertaires, en ce que nous critiquons sans ménagement l'ensemble des mouvements et des idéologies social-démocrates, réformistes, national-étatistes degôche, en ce qu'ils sont des vendeurs d'illusions promouvant un impossible capitalisme "humain" et qu'ils nous ont toujours trahi.

Nous sommes résolument libertaires, en ce que nous visons l’abolition de l'activité contrainte, du salariat, du travail-marchandise, au profit d'une activité libre, commune, créatrice, non-marchande.

Nous sommes résolument libertaires, en ce que nous vision à une société libérée de l'État et à une fédération mondiale de communes libres.

Nous sommes résolument libertaires, en ce que nous appelons à une abolition du patriarcat et du racisme (qu'on considère comme semi-indépendants du capitalisme, d'où l'impérieuse nécessité de luttes spécifiques contre eux) comme systèmes d'exploitation et de domination, et des autres formes de domination sociale.

Nous sommes résolument libertaires, en ce que nous nous revendiquons particulièrement de l’Aragon libertaire de 1936-1937, de l’Autonomie italienne des années 1970 et de La Commune de Paris de 1871.

Nous sommes résolument libertaires, enfin, en ce que nous approuvons sans restriction cette affirmation de Robert Kurz : « Le but ne peut qu’être une société de conseils et d’autogestion, conçue au-delà de la masculinité et de la féminité, au-delà de la forme-marchandise et de la forme-argent, au-delà du marché et de l’État ».